Wednesday, September 07, 2005


Je voudrais revenir ici sur trois événements soumis, au cours de l’été écoulé, au « deux poids-deux mesures » qui caractérise la désinformation à la française. Deux ont été quasiment passés sous silence, le troisième a fait l’objet d’une attention disproportionnée.Le premier est le procès de Mohamed Bouyeri, le sauvage assassin de Theo Van Gogh aux Pays-Bas. Le procès, à ma connaissance, n’a pas été relaté en détail. Les propos de Bouyeri n’ont pas été relatés. Bouyeri n’est pas un immigrant de fraîche date en Europe. Il est né aux Pays-Bas, comme étaient nés en Grande-Bretagne plusieurs auteurs des attentats de Londres; il a été éduqué selon les règles du droit et de la tolérance européennes. Cela ne l’a pas empêché de devenir un islamiste djihadiste et de préciser au tribunal qu’il avait agi pour des raisons religieuses, qu’il ne regrettait rien, qu’il serait prêt à recommencer aussitôt s’il sortait de prison car c’état son devoir, et qu’il n’était pas seul.On me dira que, si nul n’a relaté ces propos, c’est parce qu’ils étaient « méprisables ». Si de tels propos sont effectivement méprisables, ils désignent néanmoins quelque chose que les médias français se refusent à dire : il y a en Europe des djihadistes, vraisemblablement des milliers, prêts à tuer et à agir pour que l’Europe se soumette aux règles totalitaires de l’islam radical. Ceux qui détournent le regard face à cette réalité le font-ils parce qu’ils ont des « idéaux immenses et universels » ou parce qu’ils détestent la civilisation occidentale et que leur détestation les conduit à aimer, en masochistes, le couteau qui viendra les égorger ? J’opterais pour la seconde réponse.Le second événement est l’assassinat de Steven Vincent à Basra en Irak. L’enlèvement de journalistes européens en Irak a fait au cours des derniers mois les gros titres des journaux. Leur libération a été l’occasion de manifestations de liesse. L’abject assassinat de Steven Vincent a été relaté en dix secondes ou en trois lignes.Steven Vincent était américain et pas européen comme Chesnot, Malbrunot, Sgrena ou Aubenas, ce qui en soi suffirait à le rendre « détestable » en France. Je sais aussi, car je lisais ses articles, qu’il faisait son travail de manière scrupuleuse, avec éthique, et qu’il comprenait pourquoi il est crucial que l’Irak devienne un pays de paix et de liberté, pourquoi les valeurs de la Civilisation doivent l’emporter sur celles de la barbarie : cela, chez les terroristes vaut condamnation à mort. Cela, dans les médias français vaut ce substitut de la condamnation à mort qu’est la conspiration du silence.On a fort peu parlé en France de l’assassinat de Steven Vincent parce qu’il était américain, parce qu’il avait une déontologie dont sont dépourvus tant de ses confrères de ce côté-ci de l’Atlantique, et parce qu’il savait la différence entre le bien et le mal. Ce silence en France et ailleurs en Europe suffirait à montrer qu’il est sans doute trop tard et que les djihadistes ont raison sur ce point : la France et l’Europe sont déjà mortes moralement et spirituellement.Le troisième événement est le retrait israélien de la bande de Gaza. Là, il serait bon de parler non seulement d’attention disproportionnée, mais d’indécence. Les Israéliens de Gaza ont été appelés « colons » de manière systématique. Les mots « extrémiste » et « extrême-droite » leur ont été appliqués avec insistance, alors que les terroristes du Hamas étaient qualifiés, en parallèle, de « militants ». Rien n’a été dit de l’antisémitisme frénétique des « médias palestiniens » qui suffit à lui seul à enterrer tout espoir de coexistence pacifique. Rien n’a été dit du scandale que constitue la volonté « palestinienne » de créer un État « judenrein », comme disait Adolf. Israël a été présenté comme l’agresseur qui fait un tout petit pas dans la bonne direction, et les « Palestiniens » comme les victimes. Rien n’a été dit de ce qui se passe vraiment : le repli d’Israël derrière des frontières défensives, et le divorce unilatéral entre la démocratie israélienne et des populations affamées par une clique maffieuse, fanatisées par des totalitaires.Al Manar, la chaîne islamiste, ne peut émettre officiellement en France, mais parfois, sur certains sujets, la télévision française ressemble à al Manar. Mort morale et spirituelle, disais-je…

Tuesday, September 06, 2005

PUISQU'ON VOUS DIT QUE C'EST UNE RELIGION DE PAIX ET D'AMOUR......

Muslims ransack Christian village

Efforts were under way on Sunday to calm the situation in this Christian village east of Ramallah after an attack by hundreds of Muslim men from nearby villages left many houses and vehicles torched.
The incident began on Saturday night and lasted until early Sunday, when Palestinian Authority security forces interfered to disperse the attackers. Residents said several houses were looted and many families were forced to flee to Ramallah and other Christian villages, although no one was injured.
The attack on the village of 1,500 was triggered by the murder of a Muslim woman from the nearby village of Deir Jarir earlier this week. The 30-year-old woman, according to PA security sources, was apparently murdered by members of her family for having had a romance with a Christian man from Taiba.
"When her family discovered that she had been involved in a forbidden relationship with a Christian, they apparently forced her to drink poison," said one source. "Then they buried her without reporting her death to the relevant authorities."
When the PA security forces decided to launch an investigation into the woman's death, her family protested for fear that the relationship would be exposed. The family was further infuriated by the decision to exhume the body for autopsy.
The attack is one of the worst against Christians in the West Bank in many years. Residents said it took the PA security forces several hours to reach Taiba. Others complained that the IDF, which is in charge of overall security in the area, did not answer their desperate calls for immediate help.
"More than 500 Muslim men, chanting Allahu akbar [God is great], attacked us at night," said a Taiba resident. "They poured kerosene on many buildings and set them on fire. Many of the attackers broke into houses and stole furniture, jewelry and electrical appliances."
With the exception of large numbers of PA policemen, the streets of Taiba were completely deserted on Sunday as the residents remained indoors. Many torched cars littered the streets. At least 16 houses had been gutted by fire and the assailants also destroyed a statue of the Virgin Mary.
"It was like a war, they arrived in groups, and many of them were holding clubs," said another resident.
"Some people saw them carrying weapons. They first attacked houses belonging to the Khoury family [looking for the man who had the affair with the women, not realizing he had already fled the village.] Then they went to their relatives. They entered the houses and destroyed everything there. Then they tried to enter the local beer factory, but were repelled by PA security agents. The fire engine arrived five hours later."
Col. Tayseer Mansour, commander of the PA police in the Ramallah area, said his men arrived late because of the need to coordinate their movements with the IDF. "The delay resulted in the torching of a number of houses and cars in the village," he said.
Taiba, the only West Bank village that is completely inhabited by Christians, is famous for its Taiba Beer factory, which was established by the Khoury family in 1994.
The residents are Roman Catholic, Greek Orthodox or Greek Catholic. The village was originally called Ephraim, and is thought to be the city to which Jesus came with his disciples before his crucifixion: "Jesus therefore walked no more openly among the Jews; but went thence unto a country near the wilderness, into a city called Ephraim" (John 11:54).
According to some accounts, Salah a-Din, who led the war against the Crusaders, was responsible for the name change. He is said to have found the villagers there to be nice and kind – in Arabic, taybeen – and the name stuck, to become Taiba.



PALESTINIANS: HOUSES TORCHED AS MUSLIM-CHRISTIAN TENSIONS FLARE

Samir Qumsieh is an angry man. For him and fellow Palestinian Christians last Sunday's attack in Taybeh, northeast of Ramallah - eight houses petrol-bombed, people beaten up and cars vandalised - is the latest in a series of Muslim assaults. This time the culprits have been identified - 15 Muslim youths from the neighbouring West Bank village of Dir Jarir - but after spending several hours in police detention they were set free. The reason for the Palestinian authorities' decision: "To cool things down, we were told" says Qumsieh. Qumsieh, who runs the only Christian private TV channel in the West Bank, the Bethlehem-based al-Mahed, or "The Nativity" explained in an interview with Adnkronos International (AKI) the sequence of events that led to Sunday's incident."The youths are relatives of a Dir Jarir woman killed last Thursday by her own Muslim family - a "honour killing" to punish her for the shame of an out-of-wedlock pregnancy," he says. Seeking more revenge, the family then organised an expedition against the man they allege was responsible for making the woman pregnant: the Christian owner of a Taybeh tailoring workshop where she worked. Palestinian Authority police forces arrived in time to prevent the man's lynching, but not the torchings of the houses, and the destruction of the cars. The Taybeh villagers, who are mostly Christian, in part accept that the police were delayed because they had to wait for permission from the Israeli military to leave Ramallah and enter the village. But to them the fact that the Muslim aggressors have been released while the Christian tailor-shop owner is still being held, at best symbolises the PA's indifference to the plight of Palestinian Christians, at worst shows it is taking sides against them. "Many cases like this are happening and the time has come for Abu Maazen (PA president Mahmoud Abbas) to take a decisive stand," says Qumsieh, who together with other prominent Christian Palestinians wrote a letter to the PA president in February listing their grievances."We have had no reply and our anger and our fear are growing," he says.Christians, who represent less than two percent of the Palestinian population in the West Bank, Gaza and East Jerusalem, are facing what Qumsieh calls a campaign of "religious racism." Since 2003 he has registered more than 100 attacks against the community including murders, rapes and extortion. "Some people lay the blame on Islamic extremists, but this is only part of the truth."The most common attacks are perpetrated by what he calls "the Muslim land mafia," it involves targeting Christian land or homeowners and threatening them, with the aim of forcing them off their property. Qumsieh believes PA officials are involved in this practice. "It was the situation under [former PA president] Arafat and it is the situation under Abu Maazen," he says.Christian Palestinians, while a tiny minority, consider themselves an integral part of the Palestian population and of a future Palestinian state, says Qumsieh, who believes his TV station is playing a vital role in reaching out across the religious divide.Founded in 1996 al-Mahed, located near Bethlehem's Church of the Nativity, is the only TV station in the Arab world that transmits Christian Masses and services - for Greek Orthodox, Roman Catholics and several other denominations. "But we also broadcast Muslim prayers on Friday for Muslim worshippers who cannot attend mosque," explains Qumsieh, who says that some other Islamic programmes are in the pipeline. During the Israeli army's siege of the Church of the Nativity in 2000, when Palestinian militants sought refuge in the building, al-Mahed was the only local station to cover the six-week long standoff. It has withstood Israeli incursions and Yasser Arafat even pulled the plug on the station for twenty days when it criticised the Palestinian leader's autocratic policies."But our biggest enemy is a shortage of funds. We need support to continue the work we are doing, yet no one seems interested," Qumsieh notes.

The Muslim Land Mafia existe aussi en France (ou ils font ce qu'ils veulent sans craindre les foudres d'une "justice" toujours prompte a les excuser). Incroyables similitudes dans les faits et les comportements de Ramallah jusqu'au territoires occupes de la future Republique Islamique de France. Fermez le ban!

Sunday, September 04, 2005

FUMIERS !

Fire at French Housing Project Kills 15

Firefighters treating survivors at a housing project fire that killed 15 people Sunday were pelted with stones by youths complaining of a tardy response, in what the mayor called a "night of horror."
Police said it appeared local youths were to blame for the pre-dawn fire in the 19-story project south of Paris — the third deadly blaze in the Paris area in the past nine days. The dead included three children.
Arson was suspected in the two earlier fires as well.
Residents screamed and leaped from windows in the fire that Mayor Patrick Seve said began around 1 a.m. in the town of L'Hay-les-Roses, near Orly airport.
As dozens of firefighters rushed to the scene, youths, apparently angry about what they considered a slow response from rescue teams, threw rocks at them, the mayor said. Rescue squads said they responded in about 15 minutes.
"The firefighters were getting hit by stones while they were conducting heart massages," he said. Officials said at least five people were revived after suffering heart attacks, and one pregnant woman gave birth after being rescued.
Most of those who died had tried to flee through the entrance hall but were met with 570-degree temperatures, smoke and asphyxiation, the mayor said.
"That's what caused the catastrophic toll" Seve said, calling it "a night of horror."
The inferno broke out near residents' mailboxes, swept into the stairwell and raced up at least three floors, damaging several apartments, firefighters said.
"People were screaming and wanted to jump," said Claude Camps, 48, who fled the building with his wife.
Some 500 residents were in the low-cost housing project at the start of the blaze, and those who stayed in their apartments were not hurt. Authorities evacuated the building and prepared temporary lodging for the survivors.
Witnesses claimed to have seen a group of youths who lived in the building start the fire, Seve said. Several people were taken in for questioning.
Interior Minister Nicolas Sarkozy said on TF1 television that anyone found responsible for recent fires would be punished.
Jean-Luc Marx, a local government spokesman, said the building was built in the early 1970s as part of a state-supported plan for low-cost housing and was recently renovated.
France has been grappling with how to deal with and prevent building fires. The Sunday fire was the fourth deadly fire since April. The government has announced plans for new housing and the eviction of squatters from buildings considered dangerous.
Authorities are investigating possible arson in an Aug. 26 fire that killed 14 African children and three adults in a run-down apartment building. Three days later, another fire killed seven in a building used by squatters — most from Ivory Coast.
On Friday, authorities evacuated about 140 squatters from two dilapidated Paris apartment houses, with police moving in over the protests of screaming mothers and the sobs of children. The Interior Ministry has listed about 60 run-down buildings in Paris as possible targets for forced evacuation.

Thousands of people marched Saturday in Paris to demand better housing for the poor and condemn the eviction plans.


Des témoins mettent en cause les jeunes dans les entrées d'immeuble
Plusieurs témoins de l'incendie de L'Hay-les-Roses dans le Val-de-Marne ont mis en cause le désoeuvrement des jeunes dans l'entrée de leur immeuble et leur propension à jouer avec le feu. Le bas de la tour est noirci au-dessus de l'entrée principale jusqu'à hauteur du troisième étage environ. Florence Zadi, demeurant au rez-de-chaussée depuis six ans, raconte avoir été réveillée par son mari qui a senti une odeur de brûlé. "Il m'a dit: 'Lève-toi, ça brûle. On a cru que c'était chez nous. Mon mari a voulu ouvrir la porte. Il a vu de la fumée, il a refermé". Le couple a sauté par la fenêtre avec leur enfant.
Son frère, Anderson, qui demeure dans la tour voisine, fait le constat suivant: "On entend parler du regroupement des jeunes dans les halls: chez nous c'est une réalité. Les jeunes traînent dans les halls jusqu'à 1h ou 2h du matin et les parents ne sont pas tranquilles"
Jean-Noël -il indique uniquement son prénom-, qui habite au cinquième étage du bâtiment, explique aux côtés de sa compagne et de son fils avoir entendu des cris en provenance de l'immeuble en face, de voisins criant "au feu". Ce témoin dit ne pas être surpris: "Ce n'est pas étonnant, depuis vendredi, ils font brûler des papiers dans les ascenseurs. Depuis le temps qu'ils mettent le feu aux poubelles, ça devait arriver."

CA NE VA PAS FAIRE PLAISIR A TOUT LE MONDE ! (Source: Le Figaro)

Méfaits du multiculturalisme

La bonne nouvelle de l'été : le multiculturalisme est désigné comme une menace pour la cohésion nationale. Après les Pays-Bas, la Grande-Bretagne a admis avoir fait fausse route, en ayant laissé les arrivants extra-européens vivre selon leurs codes. «Les règles du jeu sont changées», a prévenu Tony Blair, le 5 août, en réponse aux attentats commis à Londres en juillet par des ressortissants britanniques. Le modèle français d'intégration est donné en exemple. Mais il a été saccagé par les mêmes idéologues de la «société plurielle».
Ceux-là promettent la paix sociale dans des sociétés multi-ethniques. Or les harmonies y sont l'exception. Si la France n'a pas été, ces dernières années, la cible de djihadistes, elle le doit plus à son opposition à la guerre en Irak qu'à sa capacité à assimiler les cultures nouvelles. Une enquête du Centre d'étude de la vie politique française (Cevipof) sur les Français musulmans, parue dans Le Monde, mercredi, se félicite de leur «attachement spécifique à la démocratie hexagonale» (sic). Mais n'est-ce pas la moindre des choses ?
Les Néerlandais et les Britanniques ont montré ce qu'il ne fallait pas faire, en invitant les immigrés à conserver leurs langues et leurs particularismes. Cette communautarisation a accéléré les repliements. Un sondage réalisé pour la chaîne Sky News a révélé (1) que 46% des musulmans britanniques «se sentaient d'abord musulmans». Mais l'étude du Cevipof fait pareillement ressortir, pour la France, que seul un tiers des sondés désapprouvent la phrase : «Un musulman doit suivre les principes coraniques, même s'ils s'opposent à la loi française.»
Les démonstrations lénifiantes sur la solidarité «Black-Blanc-Beur» cachent mal une évidence : la France a souvent honte de défendre sa propre identité. Certes, la législation interdisant le voile à l'école et l'application, dès ce matin, de la loi sur l'apprentissage de La Marseillaise en primaire redonnent un contenu à l'appartenance nationale. Mais ces efforts se heurtent à la puissance du discours relativiste qui martèle, jusqu'aux plus hautes sphères du pouvoir, que toutes les cultures sont égales et que leur «métissage» est un progrès.
Le commentaire du syndicat des enseignants (SE-Unsa) dénonçant l'autre jour, à propos de l'hymne national à l'école, une «décision idéologique», n'est qu'une illustration des ravages de la doxa «antiraciste». C'est en son nom que le bien-pensisme est parti en guerre contre «l'obsession des origines», et rend coupables ceux qui osent parler de souches, héritages, traditions : des références que seuls les nouveaux venus sont autorisés à faire valoir.
En fait, c'est l'idée même nation, communauté familière se distinguant par sa culture propre issue d'une histoire, qui a été délaissée ou ringardisée par les élites. On aura entendu le PS crier au «pétainisme» quand Jean-Pierre Raffarin parla de «patrie» (2). Et si le premier ministre a judicieusement évoqué le «patriotisme économique», cet été, Dominique de Villepin en était encore, naguère, à se griser de la «nouvelle histoire» à écrire dans une société ouverte «au souffle du monde».

Le malaise français tient, pour beaucoup, à la crainte d'une désintégration de la nation. C'est ce message que les Corses avaient fait passer, il y a deux ans, en refusant par référendum la réforme du gouvernement qui offrait davantage de poids à la minorité indépendantiste. C'est ce même avertissement que les nonistes ont donné le 29 mai en rejetant la Constitution, comprise comme l'instrument d'une Europe déracinée et sans frontières. La prise de conscience de Blair sur la faillite du multiculturalisme vient reconnaître la réalité de la fracture identitaire.
Or, ni la droite ni la gauche n'osent aborder ce sujet, au coeur de la crise existentielle. Les pinaillages nombrilistes des partis, rassemblés ces jours-ci pour leurs universités d'été, ont été consternantes. Les citoyens, dans leur majorité, se moquent des querelles entre Michel Rocard, Jack Lang et Laurent Fabius au PS, François Bayrou et Gilles de Robien à l'UDF. Qu'attendent ces représentants et ceux de l'UMP pour s'interroger sur l'avenir de la «France française» ?
Poser la question interdite : l'identité nationale doit-elle être protégée ? La pensée monolithique, qui alimente une bonne partie des opinions, ne peut que répondre non, en hurlant à la xénophobie et au populisme. L'Éducation nationale, pour sa part, a cessé depuis longtemps de valoriser le patrimoine français pour ne transmettre «que les mots d'ordre de l'Empire du Bien», comme le remarque l'écrivain Richard Millet (3), qui a quitté l'enseignement public, devenu «une fabrique d'ignorance et de bien pensance».
Le terrorisme intellectuel rend le sujet difficile à aborder. D'autant que la réflexion oblige à reconsidérer les discours «humanistes» sur le respect de l'autre et la non-discrimination, éléments du consensus droite-gauche. Protéger l'identité française – ce qui ne signifie pas soutenir un nationalisme extrémiste – suggère d'apporter des limites non seulement à l'immigration non désirée mais aussi à la tolérance, en imposant aux nouveaux venus d'avantage d'obligations communes.
Si rien n'est fait pour contrer efficacement l'idéologie multiculturelle, qui apprend à mépriser la civilisation occidentale, la France millénaire risque de se perdre. Comment pourrait-elle survivre à une déculturation, voire à une balkanisation ? On peut en accepter l'issue, en citant Paul Valéry : «Nous autres, civilisations, nous savons maintenant que nous sommes mortelles.» Mais rien n'est encore inexorable. Seul le courage politique manque.

Incendies à Paris : les responsables
Comment éviter de nouveaux drames, après les deux derniers incendies d'immeubles parisiens, où logeaient précairement des familles africaines ? 24 personnes ont péri, dont 18 enfants. A cette question, personne n'ose évoquer la responsabilité des militants immigrationnistes. Ce sont pourtant ces bons apôtres qui encouragent les nouveaux venus à revendiquer des priorités et à squatter des immeubles. Ils poussent les plus vulnérables à s'installer dans une France qui ne peut plus offrir ni travail ni logement.
Mardi, Édouard Balladur sur RTL : «Les véritables problèmes, c'est qu'on ne peut pas accepter que ceux qui vivent sur le territoire de la France – quelle que soit la façon dont ils y sont arrivés – vivent dans des conditions pareilles.» Comment contredire un tel propos ? Pourtant, qu'une personnalité de l'envergure de l'ancien premier ministre en arrive à un tel conformisme dans la posture compassionnelle est révélateur du refus des politiques d'aller plus avant devant des questions dérangeantes.
Le poids de la doctrine multiculturaliste – toujours elle – fait que personne n'ose s'étonner, par exemple, de la situation de ces familles polygames qui, pour certaines, comptent de onze à quinze enfants et attendent des 5 ou 6 pièces à Paris. C'est ainsi que la polygamie, interdite par la loi, est tolérée dans les faits. Comme est tolérée l'illégalité de nombreux sans-papiers ou l'occupation sans titre de certains logements : autant de signes de renoncement ne pouvant qu'inciter d'autres déshérités à venir vivre en France.
Ces familles endeuillées, dont l'une des femmes invitée mercredi matin sur RTL par Jean-Michel Aphatie a fait preuve d'une émouvante dignité, sont les victimes de ces beaux esprits «qui se pensent émancipés» et dont René Char remarquait «Combien ils sont épris de l'humanité et non de l'homme. Pour élever la première, ils abaissent le second». Oui, ces universalistes ont leur part dans ces tragédies, pour avoir laissé croire que la France restait une terre d'accueil pour tous les miséreux.

Sharon-Bush : les affreux
Cette question : pourquoi est-il impossible de soutenir Ariel Sharon et George W. Bush sans risquer de passer pour un «fasciste», alors même que les deux hommes ont été élus par des démocraties exemplaires ? Pourquoi nombre de médias français, qui n'ont de cesse de fustiger le militantisme de la chaîne américaine Fox News, leur appliquent-ils une partialité tout aussi critiquable ? La réussite du démantèlement des colonies de Gaza, en août, a été bien timidement saluée, tandis que le pire continue d'être annoncé pour la Constitution irakienne, qui vient d'être rédigée.
Pourquoi ces rejets ? Notamment, parce que les deux hommes ne font pas mystère de leurs convictions patriotiques. Parce que ces dirigeants arborent leur drapeau au revers de leur veste, parce qu'ils représentent des nations fières, parce qu'ils ont décidé de résister à l'islam radical, en guerre depuis le 11 Septembre contre l'Occident et les musulmans éclairés. Bush et Sharon sont infréquentables parce qu'ils ne croient pas en la vision angélique du grand mélangisme internationaliste.
Comme l'écrit Roland Dajoux dans un livre récent (4), «le temps est venu pour l'Occident de comprendre que le danger du fondamentalisme islamique est un danger mondial, que le drame qui se joue en Israël, répétons-le, n'est finalement qu'une préfiguration, la vision prémonitoire du danger qui guette le monde non islamique». Israël et les États-Unis, deux nations d'immigration s'il en est, montrent la force que donne un sentiment identitaire partagé par tous. A méditer.Gouvernement maternalisteQuelle mouche a piqué Dominique Perben, en proposant de limiter à 115 km/h la vitesse sur les autoroutes ? Certes, Dominique de Villepin a enterré hier la proposition : «Les Français n'ont pas à supporter de manière autoritaire les conséquences de la hausse des prix du pétrole.» Mais cette tentative du ministre des Transports en dit beaucoup sur l'état d'esprit des gouvernants maternalistes, dont le premier réflexe consiste à infantiliser un peu plus les citoyens. Au fait, qu'attend l'état pour alléger ses lourdes taxes sur l'essence ?Houellebecq, malgré toutEt Houellebecq ? Son dernier livre (5), s'il n'est pas le chef-d'oeuvre prophétique annoncé, décrit bien le sentiment de déprime face à l'avenir, tel qu'un sondage du Parisien l'analysait encore hier à propos des Français. La curiosité, l'humour et le cynisme de l'auteur font oublier l'insupportable opération de promotion commerciale de son ouvrage et de sa personne.

(1)Libération, 14 août 2005.
(2)«Blocs notes» du 13 juin 2003.
(3)Harcèlement littéraire, Gallimard.
(4)Le Temps des confusions, Le Manuscrit.
(5)La Possibilité d'une île, Fayard.
LE PERIL JAUNE (Source: LE POINT.FR)

Matières premières : le glouton chinois

Le numéro un, c'est la Chine ! Le géant de l'Asie consomme désormais plus de charbon, de minerai de fer ou de céréales que les Etats-Unis. La Chine a acheté l'an dernier 21 % des métaux de base échangés sur les marchés mondiaux. Une voracité qui affole les cours. La facture du minerai de fer a déjà augmenté de 71,5 % pour 2005...
La gloutonnerie chinoise agit également sur la reine des matières premières : le pétrole. La Chine absorbe désormais 8 % du liquide noir extrait du sol dans le monde. Et il y a encore de la marge, quand on sait que les Etats-Unis, avec une population cinq fois inférieure, siphonnent 20 % du brut mondial. D'une façon générale, si la Chine adoptait en un jour le mode de vie américain, cela donnerait lieu à un cauchemar économique et écologique. C'est la conclusion d'une étude de l'institut de recherche américain
Earth Policy Institute. D'abord, la consommation de pétrole atteindrait 100 millions de barils par jour, bien au-delà de la production annuelle de brut, qui avoisine 80 millions. Et si les ménages chinois se mettent à avoir le même appétit que les Américains pour le pain de mie, il faudrait augmenter de 50 % la production mondiale de céréales. Autant dire arracher la moitié de la forêt amazonienne. Un cauchemar, sans doute, mais il sera bien difficile d'expliquer aux Chinois qu'eux n'auront pas le droit de posséder une maison, une voiture, et de consommer des kilogrammes de hamburgers. Ensuite, la Chine n'est pas seule. Sa voisine et rivale, l'Inde, semble emprunter le même chemin .

Pétrole: La Chine change la donne

Sur la carte de la Chine, dans l'extrême Ouest, figure une immense tache jaune : le désert du Takla-Makan. « C'est là que nous avons découvert dans les années 90 les nappes pétrolières les plus prometteuses. Leur développement est jugé prioritaire par le gouvernement central », explique Sun Longde, directeur régional de Petrochina, la première compagnie pétrolière du pays. Depuis des siècles, le Takla-Makan est redouté pour son climat très hostile. L'hiver, le vent hurle et la température descend au-dessous de - 50 °C. L'été, les tempêtes de sable se déchaînent, et la température au sol dépasse + 50 °C...
Mais ce combat acharné contre la nature est un impératif. La Chine manque tragiquement de pétrole (à peine 2,1 % des réserves mondiales). En 1992 - il n'y a pas si longtemps, donc -, elle exportait une partie de son brut. Depuis, elle ne cesse d'accroître les quantités achetées à l'étranger et l'on en fait régulièrement un bouc émissaire quand, comme aujourd'hui, les prix du pétrole flambent. Le pays a désormais doublé le Japon, devenant le deuxième importateur derrière les Etats-Unis. Comment, autrement, nourrir la formidable expansion de son économie, qui croît de 8 à 10 % chaque année ? Comment alimenter les millions de climatiseurs, de réfrigérateurs et... d'usines qui tournent dans le pays ? Certes, la Chine demeure le premier producteur mondial de charbon, dont elle se sert pour produire de l'électricité - avec, là aussi, des limites, les coupures de courant n'étant pas rares. Mais lorsqu'il s'agit de faire circuler des voitures, on n'a rien trouvé de mieux que le pétrole... Or le nombre d'automobiles en Chine ne cesse de croître (+ 80 % l'an dernier !). Résultat, la dépendance pétrolière du pays, de 50 % aujourd'hui, pourrait passer à 70 % en 2020. Voilà qui donne tout son sens aux efforts déployés dans le Takla-Makan.
Retour sur place : sitôt dépassés les faubourgs de Korla, la préfecture rutilante financée par l'argent du pétrole, à 500 kilomètres au sud d'Urumqi, la capitale provinciale du Xinjiang, apparaissent sur les bas-côtés des plaques de sel. Pendant des heures, la route tire tout droit au milieu d'un environnement de terre et de gravier. Et puis le terrain commence à onduler, piqué de bosquets d'arbres étranges, morts, semble-t-il, depuis des siècles. Ils restent là, très dignes dans leur écorce, semblant mettre les aventuriers en garde à l'entrée du désert. Enfin, après le passage d'un col, a lieu la rencontre du ciel avec le sable... De petites dunes ordonnées à l'infini. Et le silence absolu.
Encore plusieurs heures de route entre ces mamelons ocre. Soudain, dans un nuage de sable, apparaissent les premiers derricks. Ils sont entourés d'une grille et gardés par des soldats. Une vingtaine d'ouvriers travaillent en continu, tous originaires de la province du Sichuan. Ils dorment dans des baraquements en préfabriqué et rentrent chez eux tous les deux mois pour huit semaines. Wang Minxin, 36 ans, est l'un d'eux. Il travaille ici depuis huit ans. Plutôt content : son salaire (320 euros par mois de travail et 200 euros par mois de repos) lui permet de payer les études de son fils unique.
A quelques kilomètres de là, une zone verte apparaît à la jumelle. Taozhong, le gisement pilote du bassin du Tarim. Cette base-vie comprend hôtel, salles de travail, restaurant, cinéma, bibliothèque, une piste de danse et ... un parc piqué de rosiers et de jeunes arbres. Deux cents Chinois vivent sur cette base. La moyenne d'âge est de 29 ans. Le plus haut salaire dépasse à peine 6 000 euros par an. 271 millions de barils de réserves de pétrole ont été trouvés à Taozhong et 12 milliards de mètres cubes de gaz. Le pétrole, envoyé par pipeline, est raffiné à 2 000 kilomètres de là, dans la ville de Lanzhou (Gansu), et la base produit de l'hydrogène léger acheminé par gazoduc vers Shanghai. Tous les matins, avant de commencer le travail, l'ensemble du personnel se réunit dans le parc. Et en cadence sur une musique entraînante, voilà les ouvriers qui effectuent des mouvements de gymnastique avec, en toile de fond, la flamme des puits de pétrole et le drapeau chinois qui claque dans le vent...
Pour l'heure, cependant, le Takla-Makan, en dehors des dunes, n'a rien de comparable avec les déserts d'Arabie. Même s'il reste pour la Chine la zone la plus prometteuse. Au printemps, les autorités se sont certes réjouies de découvertes à Shengli (Nord-Est, 2 milliards de barils) et au Gansu (3,2 milliards). Mais ce ne sont là que de petites poches difficiles d'accès. A Daqing, dans la province du Heilongjiang, qui borde l'Extrême-Orient russe, se trouve la première zone historique d'extraction. Les gisements sont plus faciles à exploiter qu'au Xinjiang, même si les hivers sont également très froids (- 40 °C). Mais la production a commencé à décliner depuis trois ans et ne représente plus que 28 % de l'extraction chinoise (3,4 millions de barils par jour). Les réserves touchent à leur fin. « Il nous reste moins de trente ans d'exploitation », explique Wang Jun, un ingénieur de 56 ans attablé devant une bière dans un petit restaurant de Daqing. Depuis 1999, l'Administration du pétrole a licencié un tiers des employés et de grandes manifestations ouvrières ont eu lieu en mars 2002.
Ces dernières années, la ville, pour sa survie, mettait tous ses espoirs dans le projet d'oléoduc russe qui devait apporter brut et gaz naturel en provenance d'Anharsk, en Sibérie. Mais, depuis la mi-avril, le contre-projet proposé et financé par les Japonais avec la bénédiction des Américains (l'oléoduc aboutirait au port russe de Nakhodka et le brut serait exporté en bateau vers de nombreuses destinations et plus exclusivement vers la Chine) semble emporter la faveur de Moscou. Pour ne pas se brouiller avec la Chine, la Russie s'est toutefois engagée à lui fournir par chemin de fer 100 000 à 300 000 barils par jour.
Longtemps, la Chine a fermé les yeux sur sa dépendance énergétique, concentrant jusqu'en 1998 les recherches sur son propre territoire, dans une volonté d'autosuffisance et une méfiance à l'égard des étrangers héritées de l'ère maoïste. Cette ère est bien révolue ! La guerre en Afghanistan a provoqué un électrochoc. Pékin a très mal pris l'implantation des sociétés pétrolières américaines en Asie centrale, en marge du conflit afghan, dans une zone qu'elle convoitait. En réaction, au printemps 2002, la Chine échafaude une véritable « diplomatie du pétrole ». C'est ainsi que le nouveau président chinois, Hu Jintao, s'est rendu en personne cette année dans trois pays producteurs pour signer une série d'accords : en Egypte, pour le développement de ressources maritimes pétrolières et le gaz du désert, en Algérie pour la signature d'un accord pétrolier et gazier, la construction d'un pipeline et d'une raffinerie (avec 70 % d'investissements chinois), et au Congo, d'où la Chine (en accord avec Total Congo) va importer 200 000 barils de brut.
Parallèlement, le pays tente de diversifier ses approvisionnements. Si la moitié des importations proviennent encore du Moyen-Orient (principalement d'Arabie saoudite et d'Iran), le quart vient désormais d'Afrique (Soudan, Gabon, Tchad, Congo, Maroc, Niger, Nigeria...) et le reste d'horizons aussi variés que la Russie, l'Azerbaïdjan, l'Amérique latine, l'Australie ou l'Indonésie... Sous couvert d'amitié tiers-mondiste, notamment en Afrique, les compagnies chinoises, pour avoir accès au brut, tentent de concurrencer les compagnies occidentales, n'hésitant pas à copier leurs méthodes, comme lorsqu'elles offrent au Gabon le nouveau bâtiment de son Assemblée nationale. Pas facile, en effet, d'arriver après tout le monde. Les compagnies américaines et européennes mènent la danse depuis plus d'un siècle. Pour participer au « grand jeu », les sociétés chinoises doivent payer le prix fort pour acquérir des permis, comme récemment en Namibie, en Australie ou en Equateur...
Mais les Chinois apprennent vite. Ils font tout pour « mouiller » les majors en les associant à de gros projets. La société britannique BP et US Apache Corp. ont pris des participations dans des exploitations chinoises. Même l'Arabie saoudite participe à un terminal de gaz liquide au Shandong et des étudiants saoudiens viennent apprendre le chinois à Pékin... Ces grandes manoeuvres ne sont pas toujours couronnées de succès. Ainsi, Pékin souhaitait ardemment associer des compagnies étrangères (en l'occurrence, Shell, Exxon Mobil et Gazprom) à l'exploitation du gazoduc qui relie sur 4 000 kilomètres (!) le Xinjiang à Shanghai. Les négociations viennent, début août, de capoter lamentablement.
Au-delà de ces péripéties, la diplomatie pétrolière de la Chine est passée au crible à Washington. Le Pentagone serait partisan d'une ligne dure. Il redoute que la Chine fournisse des armes à l'Arabie saoudite ou des technologies nucléaires à l'Iran en échange d'un accès au pétrole. Pour l'heure, cependant, les modérés l'emportent au sein de l'administration américaine. « Soutenir la Chine dans sa quête de sécurité énergétique pourrait être dans l'intérêt national américain », fait remarquer Kent Calder, du Centre de recherche John Hopkins. Il est vrai que l'irruption brutale de la Chine sur la scène pétrolière a peu de précédents historiques. Et l'on a bien du mal à dessiner une courbe du futur. Et pour cause. Si, aujourd'hui, les Chinois consommaient autant de pétrole que les Américains, la production mondiale ne suffirait pas à leurs besoins...

China replacing the United States as the world leading consumer

Although the United States has long consumed the lion’s share of the world’s resources, this situation is changing fast as the Chinese economy surges ahead, overtaking the United States in the consumption of one resource after another.
Among the five basic food, energy, and industrial commodities—grain and meat, oil and coal, and steel—consumption in China has already eclipsed that of the United States in all but oil. China has opened a wide lead with grain: 382 million tons to 278 million tons for the United States last year. Among the big three grains, the world’s most populous country leads in the consumption of both wheat and rice, and trails the United States only in corn use.
Although eating hamburgers is a defining element of the U.S. lifestyle, China’s 2004 intake of 63 million tons of meat has climbed far above the 37 million tons consumed in the United States. While U.S. meat intake is rather evenly distributed between beef, pork, and poultry, in China pork totally dominates. Indeed, half the world’s pigs are found in China.
With steel, a key indicator of industrial development, use in China has soared and is now more than twice that of the United States: 258 million tons to 104 million tons in 2003. As China’s population urbanizes and as the country has moved into the construction phase of development, building hundreds of thousands of factories and high-rise apartment and office buildings, steel consumption has climbed to levels not seen in any other country. (See
data.)
With oil, the United States is still solidly in the lead with consumption triple that of China’s—20.4 million barrels per day to 6.5 million barrels in 2004. But while oil use in the United States expanded by only 15 percent from 1994 to 2004, use in the new industrial giant more than doubled. Having recently eclipsed Japan as an oil consumer, China is now second only to the United States.
Looking at energy use in China means also considering coal, which supplies nearly two thirds of energy demand. Here China’s burning of 800 million tons easily exceeds the 574 million tons burned in the United States. With its coal use far exceeding that of the United States and with its oil and natural gas use climbing fast, it is only a matter of time until China will also be the world’s top emitter of carbon. Soon the world may have two major climate disrupters.
In addition to steel, China also leads in the use of other metals, such as aluminum and copper. Not only has China overtaken the United States in use of these materials, but it is widening the gap, leaving the United States in a distant second place.
In another key area, fertilizer—essentially nitrates, phosphates, and potash—China’s use is double that of the United States, 41.2 million tons to 19.2 million tons in 2004. In the use of the nutrients that feed our crops, China is now far and away the world leader.
In China’s consumer economy, sales of almost everything from electronic goods to automobiles are soaring. Nowhere is the explosive growth more visible than in the electronics sector. In 1996 China had 7 million cell phones and the United States had 44 million. By 2003 China had rocketed to 269 million versus 159 million in the United States. In effect, China is leapfrogging the traditional land-line telephone stage of communications development, going directly to mobile phones.
The use of personal computers is now also taking off in China. After a late start, the number of personal computers jumped to 36 million in 2002 compared with 190 million in the United States. But with the number of computers in use doubling every 28 months, it will only be a matter of time before China, a country of 1.3 billion people, overtakes the United States, which has a population of 297 million.
With household appliances, such as television sets and refrigerators, China has long since moved ahead of the United States. By 2000, for example, TV sets in China outnumbered those in the United States by 374 million to 243 million. With refrigerators, perhaps the most costly household appliance, production in China overtook that of the United States in 2000.
Among the leading consumer products, China trails the United States only in automobiles. By 2003, it had 24 million motor vehicles, scarcely one tenth the 226 million on U.S. roads. But with car sales doubling over the last two years, China’s fleet is growing fast.
And the race is far from over. With a per capita annual income in 2004 of $5,300, one seventh the $38,000 in the United States, China has a long way to go to reach U.S. per capita consumption levels. For example, despite China’s wide lead in total meat intake, the meat consumed per person is only 49 kilograms (108 pounds) a year compared with 127 kilograms (279 pounds) in the United States. As Chinese incomes rise at a world record pace, use of foodstuffs, energy, raw materials, and sales of consumer goods are continuing to climb.
China is now importing vast quantities of grain, soybeans, iron ore, aluminum, copper, platinum, potash, oil and natural gas, forest products for lumber and paper, and the cotton needed for its world-dominating textile industry. These massive imports have put China at the center of the world raw materials economy. Its voracious appetite for materials is driving up not only commodity prices but ocean shipping rates as well.
The new industrial giant’s need for access to raw materials and energy is shaping its foreign policy and security planning. Strategic relationships with resource-rich countries such as Brazil, Kazakhstan, Russia, Indonesia, and Australia are built around long-term supply contracts for products such as oil, natural gas, iron ore, bauxite, and timber. These strategic ties it is forming are welcomed in countries like Brazil as a counterweight to U.S. influence.
China’s eclipse of the United States as a consumer nation should be seen as another milestone along the path of its evolution as a world economic leader. Its record-high domestic savings and its huge trade surplus with the United States are but two of the more visible manifestations of its economic strength. It is now China, along with Japan, that is buying the U.S. treasury securities that enable the United States to run the largest fiscal deficit in history.
The United States, the world’s leading debtor nation, is now heavily dependent on Chinese capital to underwrite its fast-growing debt. If China ever decides to divert this capital surplus elsewhere, either to internal investment or to the development of oil, gas, and mineral resources elsewhere in the world, the U.S. economy will be in trouble. China is no longer just a developing country. It is an emerging economic superpower, one that is writing economic history. If the last century was the American century, this one looks to be the Chinese century.


Learning from China
Why the Western Economic Model Will not Work for the World?

Could the American dream in China become a nightmare for the world? For China’s 1.3 billion people, the American dream is fast becoming the Chinese dream. Already millions of Chinese are living like Americans—eating more meat, driving cars, traveling abroad, and otherwise spending their fast-rising incomes much as Americans do. Although these U.S.-style consumers are only a small fraction of the population, China’s claims on the earth’s resources are already becoming highly visible.
In an
Eco-Economy Update
released in February, we pointed out that China has replaced the United States as the world’s leading consumer of most basic commodities, like grain, coal, and steel. Now the question is, What if consumption per person of these resources in China one day reaches the current U.S. level? And, closely related, how long will it take for China’s annual income per person of $5,300 to reach the 2004 U.S. figure of $38,000?
During the 26 years since the far-reaching economic reforms of 1978, China’s economy has been growing at a breakneck pace of 9.5 percent a year. If it were now to grow at 8 percent per year, doubling every nine years, income per person in 2031 for China’s projected population of 1.45 billion would reach $38,000. (At a more conservative 6 percent annual growth rate, the economy would double every 12 years, overtaking the current U.S. income per person in 2040.)
For this exercise we will assume an 8 percent annual economic growth rate. If the Chinese consume resources in 2031 as voraciously as Americans do now, grain consumption per person there would climb from 291 kilograms today to the 935 kilograms needed to sustain a U.S.-style diet rich in meat, milk, and eggs. In 2031 China would consume 1,352 million tons of grain, far above the 382 million tons used in 2004. This is equal to two thirds of the entire 2004 world grain harvest of just over 2 billion tons. (See
data.)
Given the limited potential for further raising the productivity of the world’s existing cropland, producing an additional 1 billion tons of grain for consumption in China would require converting a large part of Brazil’s remaining rainforests to grain production. This assumes, of course, that once they are cleared these soils could sustain crop production.
To reach the U.S. 2004 meat intake of 125 kilograms per person, China’s meat consumption would rise from the current 64 million tons to 181 million tons in 2031, or roughly four fifths of current world meat production of 239 million tons.
With energy, the numbers are even more startling. If the Chinese use oil at the same rate as Americans now do, by 2031 China would need 99 million barrels of oil a day. The world currently produces 79 million barrels per day and may never produce much more than that.
Similarly with coal. If China’s coal burning were to reach the current U.S. level of nearly 2 tons per person, the country would use 2.8 billion tons annually—more than the current world production of 2.5 billion tons.
Apart from the unbreathable air that such coal burning would create, carbon emissions from fossil fuel burning in China alone would rival those of the entire world today. Climate change could spiral out of control, undermining food security and inundating coastal cities.
If steel consumption per person in China were to climb to the U.S. level, it would mean that China’s aggregate steel use would jump from 258 million tons today to 511 million tons, more than the current consumption of the entire Western industrialized world.
Or consider the use of paper, another hallmark of modernization. If China’s meager annual consumption of 27 kilograms of paper per person were to rise in 2031 to the current U.S. level of 210 kilograms, China would need 303 million tons of paper, roughly double the current world production of 157 million tons. There go the world’s forests.
And what about cars? If automobile ownership in China were to reach the U.S. level of 0.77 cars per person (three cars for every four people), China would have a fleet of 1.1 billion cars in 2031—well beyond the current world fleet of 795 million. The paving of land for roads, highways, and parking lots for such a fleet would approach the area now planted to rice in China. The competition between automobile owners and farmers for productive cropland would be intense.
The point of this exercise of projections is not to blame China for consuming so much, but rather to learn what happens when a large segment of humanity moves quickly up the global economic ladder. What we learn is that the economic model that evolved in the West—the fossil-fuel-based, auto-centered, throwaway economy—will not work for China simply because there are not enough resources.
If it does not work for China, it will not work for India, which has an economy growing at 7 percent per year and a population projected to surpass China’s in 2030. Nor will it work for the other 3 billion people in the developing world who also want to consume like Americans. Perhaps most important, in an increasingly integrated global economy where all countries are competing for the same dwindling resources it will not continue to work for the 1.2 billion who currently live in the affluent industrial societies either.
The sooner we recognize that our existing economic model cannot sustain economic progress, the better it will be for the entire world. The claims on the earth by the existing model at current consumption levels are such that we are fast depleting the energy and mineral resources on which our modern industrial economy depends. We are also consuming beyond the sustainable yield of the earth’s natural systems. As we overcut, overplow, overpump, overgraze, and overfish, we are consuming not only the interest from our natural endowment, we are devouring the endowment itself. In ecology, as in economics, this leads to bankruptcy.
China is teaching us that we need a new economic model, one that is based not on fossil fuels but that instead harnesses renewable sources of energy, including wind power, hydropower, geothermal energy, solar cells, solar thermal power plants, and biofuels. In the search for new energy, wind meteorologists will replace petroleum geologists. Energy architects will be centrally involved in the design of buildings.
In the new economy, the transport system will be designed to maximize mobility rather than automobile use. This new economy comprehensively reuses and recycles materials of all kinds. The goal in designing industrial processes and products is zero emissions and zero waste. Plan A, business as usual, is no longer a viable option. We need to turn quickly to Plan B before the geopolitics of oil, grain, and raw material scarcity lead to political conflict and disruption of the social order on which economic progress depends.




Du boulot en consequence pour Starsky et Hutch !
Demontage de restos chinois et documentaires sur les mefaits du maoisme (Quelques dizaines de millions de morts seulement.... mais c'est surement la faute des americains !)